image menu.png
Thomas Hampson : "Je n’entame pas une saison sans aborder un nouveau rôle"

Thomas Hampson : "Je n’entame pas une saison sans aborder un nouveau rôle"

Est-il besoin de présenter aujourd’hui le baryton américain Thomas Hampson ? Considéré comme l’un des plus grands artistes de sa génération, il côtoie les sommets depuis les débuts de son impressionnante carrière. Tant à l’opéra qu’au concert ou en récital, sa technique sans faille, son phrasé inimitable et enfin, son timbre unique ont conquis un large public connaisseur. A l’aube de ses 60 ans,  le spécialiste de la musique de Gustav Mahler continue à enchanter. En ce moment à l’Opéra Bastille, à l’affiche du Roi Arthus de Chausson, aux côtés de Sophie Koch, Roberto Alagna et sous la direction de Philippe Jordan, il remporte un succès presque « habituel » car la prestation est, une fois de plus, fantastique. Thomas Hampson aura sans doute sa page dans la belle histoire de l’interprétation lyrique. L’entretien exceptionnel qu’il a accordé à Music & Opera, en est comme un avant-goût…

 
© Kristin Hoebermann

© Kristin Hoebermann

 

Propos recueillis par @HuguesRameau

L’année dernière au mois de juin 2014, le public parisien du Théâtre du Châtelet vous a applaudi dans un récital avec votre beau-fils, le baryton Luca Pisaroni. Vous vous êtes alors adressé aux spectateurs pour dire votre joie d’être de retour dans ce théâtre, l’un de vos préférés ?

Il est vrai que le Théâtre du Châtelet tient une place tout à fait spéciale dans ma carrière. J’y ai eu vécu des moments très forts qui resteront toujours comme le Don Carlos de Verdi, le Winterreise de Schubert, Mahler, Schumann,  Massenet. Quand je rentre sur scène au Châtelet, ces souvenirs m’accompagnent. Et puis, Gustav Mahler a dirigé en France pour la première fois au Châtelet. Lorsque l’on connait mon grand attachement au compositeur, on comprend sans peine...

Saimir Pirgu : "Travailler avec Woody Allen a été une expérience merveilleuse"

Saimir Pirgu : "Travailler avec Woody Allen a été une expérience merveilleuse"

Vadim Repin : "Cela peut me perturber si l'on applaudit pas..."

Vadim Repin : "Cela peut me perturber si l'on applaudit pas..."