image menu.png
La très grande voix de Jessye Norman s’est éteinte

La très grande voix de Jessye Norman s’est éteinte

Jessye Norman n’est plus. Les mélomanes du monde entier sont en deuil car la voix unique de la grande diva les a forcément touchés au disque ou sur scène. Nous aimions tous Jessye Norman. CCC lui rend hommage…

La très grande voix de Jessye Norman s’est éteinte lundi 30 septembre 2019 et ce n’est pas sans émotion que l’on se souvient de ses nombreuses apparitions sur scène, de ses enregistrements mais également de quelques moments incroyables. Une des images fortes qui restent dans toutes les mémoires est sans nul doute lorsque drapée d’une robe bleu-blanc-rouge flottant dans le vent, elle a entamé la Marseillaise lors des célébrations du 14 juillet 1989. Jean-Paul Goude a osé un gigantisme qui seyait à la diva américaine. L’histoire hors-norme de Jessye Norman ne pouvait trouver meilleure apothéose.

Née en pleine ségrégation dans l’Etat de Géorgie en 1945, elle a grandi dans la foi imprégnée des mélodies des spirituals. Ses parents engagés (ils étaient militants pour les droits des Afro-Américains au sein du NAACP) lui ont certainement inculqué les valeurs humanistes qui ont permis à la jeune fille de se battre dans un monde où le racisme était institutionnalisé. Elle découvre sa vocation en écoutant à la radio les retransmissions d’opéra, notamment en direct du Metropolitan Opera.

Jessye Normann © Erio Piccagliani

Jessye Normann © Erio Piccagliani

Entre Wagner et Rameau

Suivant l’exemple de ses ainées Marian Anderson et Leontyne Price, elle décide de se consacrer à la musique classique et part étudier son Art à Washington grâce à un programme mis en place pour « l’intégration » des jeunes noirs. Le Deutsche Oper de Berlin lui offre son premier rôle en 1969 (et non pas le Met qui ne l’accueillera qu’en 1983). Elle commence sa fulgurante carrière à 23 ans dans un opéra de Wagner (Tannhäuser). Le sulfureux compositeur allemand sera souvent défendu par la cantatrice qui enchaine les succès partout dans le monde. Les Tokyoïtes et les Salzbourgeois détiennent le record de longueur d’applaudissements (entre ¾ d’heure et une heure, sans discontinuer !).

Il reste pourtant difficile de définir la voix de Jessye Norman au timbre reconnaissable entre tous. Soprano dramatique assurément, elle savait alléger pour aborder du jazz au baroque, les répertoires les plus variés dans un éclectisme irrésistiblement américain. Les festivaliers d’Aix se souviennent entre autres, d’une inoubliable Phèdre dans Hyppolite et Aricie de Rameau.

Une très grande voix immortalisée

« Inoubliable » est sans doute l’adjectif qui définit le mieux ses apparitions car la diva habitait ses rôles comme seules les plus grandes stars savent le faire. Différemment d’un Pavarotti, elle a utilisé sa très grande popularité pour défendre un répertoire plus difficile en abordant indifféremment Mozart, Verdi, Purcell, Berg, Bartók ou Michel Legrand. Les mélomanes se souviennent des récitals parfaitement construits où les œuvres exigeantes côtoyaient les grands tubes du classique avec quelques Spirituals attendus en rappel. La mélodie française (comme Les chemins de l’amour de Poulenc) a toujours eu une place de choix rappelant l’héritage de Pierre Bernac dont elle avait suivi l’enseignement.

Par chance, l’industrie du disque alors florissante a eu l’excellente idée d’immortaliser les plus grands rôles de Jessye Norman (parfois à outrance mais qui s’en plaindrait aujourd’hui ?). Une voix s’est tue et pourtant elle reste bien vivante. Les futures générations pourront fort heureusement la découvrir. Il leur manquera la chaleur humaine, le contact unique de la scène où se vivaient des moments de communion exceptionnels avec cette artiste hors du commun.

Haydn, Eisenstadt et le Festival d’Oper im Steinbruch

Haydn, Eisenstadt et le Festival d’Oper im Steinbruch