image menu.png
Top 10 des ballets classiques à voir au moins une fois dans sa vie

Top 10 des ballets classiques à voir au moins une fois dans sa vie

Il ne faut pas croire que le ballet serait ce spectacle ringard monté uniquement pour faire rêver les petites filles de six ans. Il est tout aussi faux de penser que l’art chorégraphique est réservé aux seuls spécialistes qui savent faire la différence entre un chassé et un entrechat. Comme pour toutes les représentations, les portes des opéras sont largement ouvertes à ceux qui souhaitent se donner la peine de la découverte, l’important étant toujours de laisser ses a priori au vestiaire. 

La danse est sans doute l’art le plus raffiné et l’un des plus codifiés. Il est cependant tout à fait possible pour le néophyte de l’aborder sans connaître le vocabulaire technique car les histoires sont simples à suivre, la plupart du temps. Certes, les tutus et les garçons en collant sont parfois moqués. Mais comme souvent, les plus ridicules sont les ignorants qui méconnaissent la force physique des danseurs. Ces véritables dieux et déesses sont capables de prouesses techniques incroyables et suivent pour cela, un régime digne des plus grands sportifs. Leur art est de faire disparaître l’effort sous la plus subtile des grâces. Chaque geste est sublimé jusqu’au plus délicat mouvement du petit doigt. Bien évidemment, il faut évoquer la musique avec les plus grands compositeurs qui se sont illustrés dans le genre, comme Tchaikovsky ou Prokofiev pour ne citer qu’eux. 

Même si l’image d’Epinal du ballet représente toutes les danseuses sur pointe et en tutu, il existe une multitude d’œuvres. La création chorégraphique n’a pas été stoppée nette au XIXe siècle. Chaque saison, les grands opéras continuent à nous offrir de nouveaux chefs-d’œuvre. Les plus connus restent les spectacles communément appelés « Ballets Blancs ». Il s’agit plus précisément d’une période de la grande histoire de la danse qui se situe à l’époque romantique. 

Pour y voir plus clair, CCC vous propose une sélection de dix ballets qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie. Cet échantillon vous permettra d’aborder la danse classique sans risque de vous tromper. Si vous souhaitez réserver vos places, les meilleures ne sont pas forcément celles que l’on croit. Trop près, vous n’apprécierez pas les mouvements d’ensemble. Trop loin, vous ne verrez rien. Le petit conseil de CCC, choisissez le bon compromis et pensez à vous munir d’une paire de jumelles. 

 © Ann Ray / Onp

© Ann Ray / Onp

1 - Le Lac des Cygnes

Qui de la poule ou de l’œuf était avant ? Le cygne, bien sûr ! Car le succès du film Black Swan avec la jolie Natalie Portman n’a fait que confirmer l’engouement qui existait déjà pour le ballet sur la célèbre musique de Tchaikovsky. Le prince Siegfried tombe amoureux d’un cygne blanc, en réalité une princesse qui subit un terrible sort. Parviendra-t-il à déjouer les plans du sorcier Rothbart qui lui présente le sosie de sa bienaimée, un vilain cygne noir ? Sans dévoiler la fin, la mort du cygne est la plus grande scène du ballet classique ! 

 © Julien Benhamou / Onp

© Julien Benhamou / Onp

2 - Roméo & Juliette

L’on doit à Shakespeare l’une des histoires d’amour les plus poignantes jamais imaginées. Deux familles qui se détestent à mort, d’un côté les Capulet, de l’autre les Montagu et au milieu l’amour innocent qui nait entre deux jeunes gens que tout sépare. Il faut ajouter à cela la musique de Prokofiev qui enveloppe, caresse et explose. Le chef-d’œuvre est là, évident ! Des générations entières de danseurs forcément beaux et innocents se sont illustrés dans les rôles tragiques. 

 New York City Ballet / Paul Kolnik

New York City Ballet / Paul Kolnik

 

3 - Casse-Noisette

Voici le grand incontournable des fêtes de fin d’année. Casse-Noisette est encore un chef-d’œuvre de Tchaikovsky que l’on peut applaudir dans tous les opéras du monde, à Vienne, Berlin, Milan, Londres ou Paris. La féérie joue une part importante dans le succès du ballet qui sait émerveiller les enfants comme les plus grands. Comment ne pas fondre à l’évocation de l’histoire de la petite Clara et de son cadeau de Noël, un superbe casse-noisette qui se transforme en prince charmant ? Pour compléter le tableau, il faut évoquer la danse des flocons, la fée Dragée, le roi des souris, véritables icônes du ballet classique !

 © Julien Benhamou / Onp

© Julien Benhamou / Onp

4 - Giselle

L’un des tout premiers grands titres du ballet blanc, Giselle est à l’origine de la belle tradition. Mais le caractère historique de l’œuvre ne doit pas occulter la vive émotion ressentie par le spectateur. La jeune et fragile paysanne Giselle se livre à corps perdu dans l’amour d’un prince promis à une autre. Elle perd la vie en découvrant la vérité et se transforme en Wili. Passé minuit, ces femmes spectrales pourchassent les amants infidèles. Lorsque le prince se trouve en danger, que croyez-vous que la sensible Giselle fasse ?

 © Sébastien Mathé / OnP

© Sébastien Mathé / OnP

 

5 - Le Sacre du Printemps

Attention, scandale ! Les murs du Théâtre des Champs-Elysées tremblent encore du fameux scandale qui éclata en 1913, lors de la création du ballet de Nijinski sur la musique de Stravinsky. L’on n’avait jamais entendu autant de fureur dans une partition. La révolution était lancée et la fin du ballet blanc, annoncée. Le rythme supplantait l’harmonie, sacrifiée comme la jeune fille à l’arrivée du Printemps. Depuis, les plus grands chorégraphes ont entretenu la légende avec des spectacles d’une force incroyable. Il faut citer Maurice Béjart, Pina Bausch, Martha Graham, Angelin Preljocaj, Sasha Waltz et tant d’autres…

 © Rosalie O' Connor / Onp

© Rosalie O' Connor / Onp

6 - La Belle au Bois Dormant

Encore un chef-d’œuvre de Tchaikovsky qui aura laissé une empreinte incroyable sur la musique de ballet. La valse est un tube interplanétaire du classique aussi connu que le film de Disney. L’histoire diffère légèrement du dessin animé car c’est avec l’épine d’une rose que se pique la princesse Aurore et non avec la célèbre quenouille. La vilaine fée Carabosse est bien là mais pour une fois, les amoureux se retrouvent lors d’un final heureux !

 © Little Shao / Onp

© Little Shao / Onp

 

7 - La Bayadère

En Inde, les amours contrariées de Nikiya et de Solor sont souvent le prétexte d’impressionnantes productions dignes de Bollywood, avec éléphant et idole dorée sur scène. Le chatoiement des couleurs contraste avec le Royaume des ombres de la deuxième partie car, on l’aura compris, la pauvre bayadère succombe, victime de la jalousie de sa rivale. Le défilé des fantômes que le beau Solor voit en rêve est un des « must » absolu du ballet classique qu’il faut absolument avoir vu au moins une fois dans sa vie !

 © Bolshoi Theatre / Marc Haegeman

© Bolshoi Theatre / Marc Haegeman

8 - Raymonda

Raymonda est l’un des ballets classiques les plus classiques, un modèle du genre ! C’est dans le faste que les danseurs évoluent en racontant une histoire d’amour qui aurait pu tourner vinaigre, sans l’intervention de la Dame Blanche des légendes. La musique de Glazunov offre de superbes numéros de danse, surtout à l’acte III qui se termine comme il se doit, par une apothéose. L’incontournable chorégraphe Marius Petipa signait avec Raymonda l’un des derniers grands succès des ballets créés à Saint-Pétersbourg.

 © Paul Kolnik

© Paul Kolnik

 

9 - Coppélia

Leo Delibes a composé deux chefs-d’œuvre incontournables, l’opéra Lakmé et la musique du ballet Coppélia. Les amateurs d’opéra connaissent déjà l’histoire, l’un des contes d’Hoffmann, où le héros s’éprend d’une poupée plus vraie que nature. L’intrigue du ballet est un peu plus complexe et offre une fin plutôt heureuse. Pour toutes les danseuses étoiles, c’est un rôle en or. Des chorégraphes modernes se sont penchés sur le ballet et ont réussi à en renouveler l’attrait.

 © ROH / Bill Cooper 2012

© ROH / Bill Cooper 2012

 

10 - La Sylphide

Avec Giselle, La Sylphide est l’œuvre qui a sans doute jeté les bases du ballet romantique. Tous les ingrédients sont réunis pour la parfaite réussite du spectacle. Des tutus, des pointes et une intrigue construite sur les passions, l’amour, le drame et le fantastique. Un peu comme les Wilis, une Sylphide est un joli génie féminin doté de petites ailes. Malheur à celui qui en tombe amoureux ! Pour l’anecdote, le livret est signé du ténor star du XIXe siècle, Adolphe Nourrit, l’équivalent de notre Jonas Kaufmann actuel.

 

Il en manque, bien sûr ! On peut également citer pêle-mêle, L’après-midi d’un faune, Cendrillon, Le Corsaire, Don Quichotte, La Fille mal gardée, Paquita, L'Oiseau de feu, Le Spectre de la rose ou encore cette version (ci-dessous) du Lac des Cygnes... Et nous n’avons abordé que la danse classique !

Top 15 des comédies musicales incontournables

Top 15 des comédies musicales incontournables

Comédie Musicale et Opéra, quelle différence ?

Comédie Musicale et Opéra, quelle différence ?