image menu.png
Les 10 plus belles histoires d’amour à l’opéra

Les 10 plus belles histoires d’amour à l’opéra

Pas besoin de Saint Valentin pour célébrer l’amour ! À l’opéra, c’est tous les soirs (ou presque) que les couples mythiques vivent leur passion au grand jour devant de milliers de spectateurs. Les histoires sont aussi variées que les livrets qui sont allés puiser dans la mythologie, les légendes ou la vraie vie.

Même si certaines histoires d’amour finissent mal en général, elles dominent largement tous les récits guerriers en provoquant l’émotion la plus intense. Et puisque l’on ne vibre jamais tant qu’en tenant la main de son aimé(e), voici le top 10 des plus belles histoires d’amour de l’Opéra, à voir en couple (ou en célibataire pour rêver de son idéal).

Diana Damrau et Vittorio Grigolo dans Roméo et Juliette © Kristian Schuller / Metropolitan Opera

Diana Damrau et Vittorio Grigolo dans Roméo et Juliette © Kristian Schuller / Metropolitan Opera

juliette.png

(Gounod)

Ils ont tout pour eux, la jeunesse, la vigueur et l’insouciance. Malheureusement, ils sont issus de deux familles qui se déchirent depuis des générations. En imaginant ses personnages, Shakespeare a donné à la littérature puis à l’opéra, au ballet et au cinéma les plus beaux héros et l’histoire d’amour la plus tragique. Immortels…

© Ken Howard / Metropolitan Opera

tristan.png

(Wagner)

En s’inspirant du mythe, Wagner a composé non seulement son chef-d’œuvre mais l’un des plus grands opéras de l’histoire, en révolutionnant au passage le genre lyrique. Quel plus intense symbole de la passion que cet amour au-delà de la mort ? La tension amoureuse, la délivrance et l’inexorable dissolution dans le trépas, mild und leise…

© Wilfried Hösl / Bayerische Staatsoper

euridi.png

(Monteverdi, Gluck, etc.)

L’amour, dit-on, peut déplacer les montagnes. Orphée fait encore plus fort en allant chercher directement son Eurydice aux enfers. Outre sa touchante histoire, Orphée est non seulement le héros mythologique bien connu mais aussi l’un des premiers personnages de l’opéra avec Monteverdi, entres autres. L’un de nos pères fondateurs…

© Stefan Brion / Opéra Comique

pelle.png

(Debussy)

Dans l’ombre et la lumière, la pièce symboliste de Maeterlinck doit beaucoup à la sublime musique de Debussy qui en a traduit l’essence. L’énigme plane sur la personnalité de la frêle Mélisande. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Autant de questions sans réponses qui nourrissent cette histoire d’amour chaste entre elle et l’émouvant Pelléas.

© Karen Almond / Metropolitan Opera

mimi.png

La Bohème (Puccini)

L’histoire d’amour la plus touchante et la plus bouleversante de l’opéra conte une simple romance entre une jolie cousette et un artiste sans le sou dans le Montmartre de 1830. Menant cette vie de Bohème, la pauvre Mimi à la santé fragile sacrifie son amour pour finalement mourir sous sa mansarde. Impossible de ne pas verser sa larme…

© Marty Sohl / Metropolitan Opera

fidel.png

Fidelio (Beethoven)

Malgré son titre, ce n’est pas tant la fidélité qui est au cœur du seul ouvrage lyrique de Beethoven que l’amour conjugal. À la recherche de son mari injustement emprisonné, l’héroïne travestie se fait embaucher comme homme à tout faire de la geôle. Opéra politique, Fidelio est également un puissant hymne à la liberté qui soulève l’enthousiasme.

© Robert Workman

aida.png

Aida (Verdi)

Sous les pyramides les cœurs des amoureux battent très forts. On a vite fait de ranger le chef-d’oeuvre de Verdi sous la catégorie des péplums. Aida est avant tout une histoire d’amour absolu entre un guerrier victorieux et une esclave, fille d’un roi vaincu. Condamnés à mort, les héros sont emmurés vivants et chantent leur passion dans un ultime adieu déchirant.

© Marty Sohl / Metropolitan Opera

die zaub.png

Die Zauberflöte (Mozart)

Dans cet opéra, même si tout est symbole et que Pamina semble assurément destinée à Tamino, elle connaît le tourment. Elle pourrait commettre l’irréparable mais dans le chef-d’œuvre de Mozart aux multiples lectures, les cœurs purs sont bientôt réunis et c’est ensemble qu’ils traversent les épreuves de l’initiation, non sans braver la mort même.

© Jonathan Tichler / Metropolitan Opera

cleo.png

Giulio Cesare (Haendel)

Bien avant Liz Taylor et Richard Burton, le couple mythique romano-égyptien a été starifié dans l’opéra de Haendel où la pyrotechnie vocale explose dans des arias étourdissants. A posteriori, il est savoureux de se souvenir que le rôle du héros viril de la Guerre des Gaules a été confié à Senesino, l’un des plus célèbres castrats de l’époque !

© Agathe Poupeney / Opéra national de Paris

ulysse.png

10- Ulysse et Pénélope

Il Ritorno d’Ulisse in Patria (Monteverdi)

Monteverdi est allé puiser dans la mythologie pour immortaliser en musique l’histoire bien connue de Pénélope et d’Ulysse. Après un long voyage, le héros de la guerre de Troie rentre à la maison et retrouve une épouse restée fidèle malgré les sollicitations. En tissant sa toile et défaisant la nuit ce qu’elle avait fait le jour, Pénélope a eut du courage et Ulysse, bien de la chance !

© V. Pontet / Théâtre des Champs-Élysées

Les 15 personnages les plus méchants de l'opéra

Les 15 personnages les plus méchants de l'opéra

Quels compositeurs va-t-on fêter en 2019 ?

Quels compositeurs va-t-on fêter en 2019 ?