image menu.png
Sabine Devieilhe est Melisande au Théâtre des Champs-Elysées

Sabine Devieilhe est Melisande au Théâtre des Champs-Elysées

Il y a fort longtemps déjà, Benjamin Lévy nous avait mis l’eau à la bouche en nous parlant de la représentation du Pelléas et Mélisande de Debussy, au Théâtre des Champs-Elysées. Sabine Devieilhe, aussi ! Et lorsque l’événement est enfin arrivé, les attentes ont-elles été comblées ? Réponse…

 © JP Ribaud / TCE

© JP Ribaud / TCE

Certains concerts sont plus attendus que d’autres et l’on avouera avoir beaucoup salivé avant la représentation du Pelléas et Mélisande de Debussy, donné en version de concert au Théâtre des Champs-Elysées ce mercredi 2 mai 2018, dans le cadre des Grandes Voix. Lors d’entretiens qu’ils nous avaient accordés, la magnifique soprano Sabine Devieilhe et l’enthousiaste chef d’orchestre Benjamin Lévy avaient évoqué le plaisir de retrouver cette œuvre phare, déjà si importante dans leur belle carrière.

Michel Franck, Directeur Général du TCE est intervenu pour rendre hommage au grand chef Jean-Claude Malgoire, en dédiant cette représentation à la mémoire du « Pape du baroque et incroyable découvreur de talent » disparu récemment. C’est avec lui (à Tourcoing en 2015) que Sabine Devieilhe a abordé pour le première fois le rôle de Mélisande, déjà aux côtés de Guillaume Andrieux en Pelléas et Alain Buet en Golaud. La soprano qui vole de succès en succès accroche à son palmarès un nouveau rôle en or. Elle s’y montre une fois de plus impériale et vocalement souveraine. Se servant des inflexions de la musique pour appuyer subtilement son jeu d’actrice, elle interprète Mélisande avec une rare intelligence, tour à tour femme blessée, adolescente espiègle, amoureuse ou perverse. Le mystère reste entier mais jamais l’on n’aura autant vibré devant une telle incarnation. L’on retrouve moins de finesses avec Sylvie Brunet-Grupposo dans le rôle de Geneviève que la mezzo a pourtant fait sien. La voix semble en effet inusable mais l’actrice manque dorénavant de spontanéité, surtout face au naturel d’une Sabine Devieilhe. 

Sabine Devieilhe et Guillaume Andrieux se tombent dans les bras

Alain Buet campe un Golaud massif et plus âgé qui contraste avec la frêle Mélisande. Interprète sincère qui possède les moyens du rôle, le baryton n’inquiète pas vraiment et peine à s’imposer sauf face à l’Yniold sans charme de Camille Poul. Jérôme Varnier possède une réelle présence sur scène qui lui permet d’exister dans le rôle d’Arkel en surmontant non sans difficultés quelques aigus assassins. Il faut souligner la prosodie impeccable de cette distribution francophone qui dispense largement de surtitrage. Tous les interprètes sont parfaitement compréhensibles, à commencer par les deux héros.

En Pelléas, Guillaume Andrieux est convaincant. Fébrile et tourmenté, il forme un couple parfait avec Mélisande. Fragiles et frémissants, la façon dont ils se tombent dans les bras à l’acte IV restera comme un grand moment d’intensité dramatique. Le timbre du baryton n’est pas des plus séduisants et pourrait sans doute déplaire avec quelques sons engorgés mais il chante avec infiniment de fraîcheur et une telle intensité qu’il semble se consumer sur scène. Les aigus redoutables (comme le La aigu de l’acte III, toujours guetté par les critiques) sont dominés avec facilité. 

A la tête de son Orchestre de chambre Pelléas, Benjamin Lévy s’est montré particulièrement précis et attentif aux demi-teintes debussystes. Les solistes de l’orchestre, tous parfaitement impliqués, ont déployés un large éventail de sonorités mordorés. L’interprétation du chef qui incline plutôt vers l’ombre a fait ressortir le drame et la passion contenue. On lui doit de magnifiques climats qui dans un tel chef-d’œuvre marquent l’imaginaire. Le souvenir de cette représentation restera…

Alain Altinoglu emmène Mozart et tout Vienne au Festival de Pâques d’Aix en Provence

Alain Altinoglu emmène Mozart et tout Vienne au Festival de Pâques d’Aix en Provence