image menu.png
Le Berliner Philharmoniker entre dans la famille Adams

Le Berliner Philharmoniker entre dans la famille Adams

Lorsque qu’un grand compositeur, John Adams, rencontre un grand orchestre, le Berliner Philharmoniker, on se réjouit. Lorsqu’en plus, quatre chefs de talents se penchent sur le berceau pour offrir un luxueux coffret de Cds et de Blu-rays, l’on félicite la famille de la musique classique. Voici pourquoi... 

 John Adams © Kai Bienert

John Adams © Kai Bienert

La grandeur d’un orchestre réside sans doute dans sa capacité à défendre à la fois le grand répertoire symphonique d’hier mais également celui d’aujourd’hui. Lorsque le compositeur américain John Adams est au programme du Berliner Philharmoniker avec la sortie d’un luxueux coffret autoproduit de 4 CDs et 2 Blu-rays, l’on ne saurait dire qui reçoit le plus grand honneur. L’un des plus prestigieux orchestres du monde se met au service des œuvres du plus populaire des contemporains. 

Certes les auditeurs du XXIe siècle et ceux du futur n’auront sans doute pas les mêmes goûts. L’Histoire de la musique nous a appris que les chefs-d’œuvre d’aujourd’hui ont pu connaître l’échec à leur création (Carmen étant le plus célèbre exemple) et il est bien difficile de savoir si les créations contemporaines passeront à la postérité… Mais une qualité que l’on doit reconnaître à John Adams est sa faculté à étonner et à innover tout en captivant son auditoire. Issu du mouvement minimaliste, il a su s’en affranchir en ouvrant son espace musical à des horizons plus larges. Avec Steve Reich, Philip Glass et Terry Riley, il est le membre du quatuor minimaliste qui reste le plus proche de la grande tradition symphoniste avec des influences clairement identifiables, de Wagner à Gershwin ou Schönberg.

Pourtant, la culture jazz et la musique pop ne sont jamais loin faisant de John Adams, un compositeur clairement de son temps. Même les détracteurs de la musique contemporaine mesurent leurs propos face à l’Œuvre facilement abordable qui est maintenant défendue par le Berliner Philharmoniker.

La curiosité et l’instinct aigu de Sir Simon Rattle l’ont conduit naturellement vers le compositeur, alors qu’il était encore à la tête du City of Birmingham Symphony Orchestra. Il a d’ailleurs enregistré un excellent album chez EMI qui fait toujours référence. Comme Directeur Musical de la célèbre phalange berlinoise, il a invité le compositeur pour une résidence à la Philharmonie de Berlin en 2016-2017. Les sept œuvres enregistrées ici sont autant de témoignages des concerts dirigés bien évidemment par Sir Simon Rattle mais également par Alan Gilbert, Gustavo Dudamel, Kirill Petrenko et John Adams lui-même (seul manque à l’appel Esa-Pekka Salonen pour compléter ce tableau des grands chefs). Elles couvrent une grande partie de ses compositions, du célèbre Harmonielehre (1985) au récent Scheherazade.2, créé en 2015.

Harmonielehre, le chef-d’œuvre qu’il faut connaître en priorité

 Cover du coffret.

Cover du coffret.

De nombreux genres musicaux sont abordés comme l’ouverture (Short Ride in a Fast Machine, Lollapalooza), l’oratorio (The Gospel According to the Other Mary), le concerto pour violon (Scheherazade.2), la mélodie avec orchestre (The Wound-Dresser), le poème symphonique (City Noir). Harmonielehre, ample symphonie est à notre avis, le chef-d’œuvre de John Adams qu’il faut connaître en priorité. Dans l’enregistrement du Berliner Philharmoniker, à la direction, le compositeur semble manquer d’audace comme si au volant d’un bolide il n’osait pas dépasser la vitesse autorisée (Rattle reste une référence dans l’enregistrement EMI).

A l’inverse, Alan Gilbert fait rugir la machine dans les pièces courtes. Les sonorités de l’orchestre sont mythiques et forgent un intérêt majeur pour cette sortie CD et Blu-ray. La baguette ferme de Gustavo Dudamel convainc dans City Noir. Sir Simon s’est réservé la direction de The Gospel According to the Other Mary et l’on comprend aisément ce que la vaste fresque humaniste peut offrir à un chef de cette trempe. Kirill Petrenko nous offre une grande version de The Wound-Dresser, subtile poème admirablement vécu par le baryton Georg Nigl. 

Côté solistes, il faut également souligner la remarquable prestation de Leila Josefowicz, violin virtuose et parfaitement expressif dans Scheherazade.2. Deux Blu-rays complètent le coffret, idéal pour pénétrer dans l’univers de John Adams. En bonus, une conversation avec Peter Sellars dévoile le profond humanisme de ces deux immenses et humbles artistes. 

Date de sortie : 10 Novembre 2017 sur CD et Blu-ray Disc
John Adams Edition: Berliner Philharmoniker under John Adams, Sir Simon Rattle, Kirill Petrenko, Alan Gilbert, and Gustavo Dudamel
Référence : # BPHR 170141

John Adams: Harmonielehre · Short Ride in a Fast Machine City Noir · Lollapalooza · Scheherazade.2 · The Wound-Dresser The Gospel According to the Other Mary
Berliner Philharmoniker
John Adams, Gustavo Dudamel, Alan Gilbert, Kirill Petrenko, Sir Simon Rattle (conductors), 
Leila Josefowicz (violin), Georg Nigl (baritone), Kelly O’Connor (mezzo-soprano), Tamara Mumford (alto), Daniel Bubeck, Brian Cummings, Nathan Medley (countertenors), Peter Hoare (tenor), Rundfunkchor Berlin.

Maria by Callas, après l’expo, le film

Maria by Callas, après l’expo, le film

Marlis Petersen, exceptionnelle Leonore révélée par René Jacobs à Paris

Marlis Petersen, exceptionnelle Leonore révélée par René Jacobs à Paris